Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 17:30

 

Au pied de cet arbre, j'ai levé les yeux au  ciel. Ses longs bras dégingandés, ses doigts gigantesques n'en finissent pas ; à en avoir la tête qui tourne.

La sienne est faite de petites fenêtres rectangulaires. Le soir, à l'heure où le cerveau s'allume, la lumière éclaire l'ensemble du végétal.

Alors, je suis revenue la nuit. J'ai vu des ombres mises à jour par un feuiilage confus. Et des tâches jaunes éparpillées sur le tronc. J'ai retrouvé ce ballet vertigineux. J'ai découvert d'autres bras, d'autres danseurs élégants, longilignes, qui font bouger leurs membres en de gracieux mouvements.

La progression envahissante de ce chapeau extravagant change de lumière selon les heures du jour.

La tête, en verre et en métal, ne bouge jamais. On s'interroge sur son avenir. Ce cerveau miniuscule dans cet écrin spacieux, qui ne grandit pas, qui ne sourcille pas.

Que deviendra-t-il au coeur de cet ensemble grandissant ?

Annie Carcaillon

lampe-arbreJPG.JPG

Partager cet article

Repost 0
Published by ville en herbes - dans chroniques littéraires
commenter cet article

commentaires